La ‘’SOLISIDAC’’ promeut le rôle des femmes dans la reconstruction de la Centrafrique

La Solidarité pour la Lutte contre le Sida en Centrafrique (SOLISIDAC), a organisé vendredi 7 mars à l’Hémicycle de l’Assemblée Nationale, un colloque sur le thème : « Genre et post-conflit : Comment promouvoir le rôle des femmes dans la reconstruction de la Centrafrique ».

 officiel

Plus d’une centaine des femmes, venues des différentes organisations, ont pris part à cette troisième édition du Colloque que la ‘’SOLISIDAC’’ organise dans le cadre de la journée internationale des femmes du 8 mars de chaque année.

Pour cette édition, la particularité se trouve être la situation humanitaire et sécuritaire dégradante, suite à la crise que la Centrafrique traverse, mettant les femmes devant un énorme défi de reconstruction et de la recherche de la cohésion sociale. « Ce colloque nous a permis de voir comment faire pour impliquer la femme dans la résolution des conflits en Centrafrique », a indiqué la présidente de la ‘’SOLISIDAC’’, Virginie Mbaïkoua.

Dans son mot d’ouverture, Mme Monique Nali, représentante de la ministre de la Santé Publique, des Affaires Sociales et de l’Action Humanitaire, a déclaré « qu’il serait intéressant de faire ressortir le lien entre le sida, le femme et le développement », rappelant l’interdépendance entre le sida la reconstruction nationale.

Les femmes et les filles demeurent le groupe le plus vulnérable au VIH. Dans la tranche d’âge de 15 à 49 ans, la prévalence chez les femmes est de 6,3% contre 3% chez les hommes, avec une moyenne de 4,9% dans la population générale. Pour les jeunes de 15-24 ans, la prévalence est de 0,7% chez les jeunes hommes et 4,2% chez les jeunes filles, soit six fois plus élevée.  « L’une des raisons de cette prévalence élevée chez les femmes est la violence sexuelle », a décrié Mme Monique Nali car, dit-elle, en situation de conflit, les filles et les femmes sont utilisées comme armes de guerre. Faibles et généralement pauvres, les filles se livrent à la prostitution. « La lutte contre le sida est une lutte systématique contre la pauvreté », a relevé Mme Monique Nali. « Avec les derniers évènements dans le pays, le taux de prévalence risque d’augmenter », s’inquiète la représentante du ministère de la santé.

Ce colloque, basé sur la résolution 13/25, prise par les Nations-Unies en faveur des femmes, a mobilisé les femmes autour des points de discussion sur la situation des femmes dans un contexte de post-conflit et l’utilisation des instruments juridiques nationaux et internationaux pour promouvoir la participation des femmes dans la société et dans les instances de prise de décision.

participants

La cérémonie d’ouverture a été faite en présence de plusieurs personnalités féminines, dont la 1ère adjointe au Maire de Bangui, Mme Marie-Madeleine Zama Yassipou, des représentantes des organisations partenaires de ce colloque : l’Association Passe-Moi le Relais, l’Association Manassé, du ministère français des affaires étrangères et européennes, et des agences du système des Nations-Unies dont le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA).

                                                                                                                           Fridolin Ngoulou

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s