Au Cameroun, les PVVIH de Centrafrique sont délaissées

Les Personnes Vivant avec le VIH (PVVIH) de la Centrafrique, refugiées à Kenzo (Cameroun) n’ont plus d’accès aux traitements par les Antirétroviraux (ARV) et crient au secours. Selon  Djibrine Mahamat Ali, journaliste de la radio Zukpana et président de la Croix Rouge locale de Berberati, aussi refugié à Kenzo, la situation des PVVIH de Centrafrique est très inquiétante au Cameroun. « Les ARV ne sont pas disponibles à l’Hôpital de Kenzo. Il faut aller à 100 km de la ville pour s’approvisionner », a décrié monsieur Djibrine. Pour lui, ni le HCR, ni l’OMS, ni  l’UNICEF, ni la Croix Rouge et autres humanitaires du Cameroun contactés par les PVVIH n’ont pensé à ravitailler l’Hôpital de Kenzo par ces produits. Les PVVIH dans cette localité craignent le développement de la résistance après déjà plus d’un mois de rupture de ces produits chers pour leurs vies. Dans cette ville, plus de 15.000 réfugiés centrafricains sont enregistrés par le HCR parmi lesquels des PVVIH venues des villes frontalières avec la Centrafrique et le Cameroun. Ils ont fui les combats entre les milices Anti-Balakas et les ex-rebelles de la Séléka ainsi que les violences intercommunautaires.

Fridolin Ngoulou

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s