Centrafrique : Michel Sidibé et la délégation onusienne à pied d’œuvre

Le mercredi 19 février de 7h30 à 8h30, les diplomates onusiens ont rencontré les acteurs humanitaires intervenant en République Centrafricaine à l’Hôtel Leger de Bangui.

De gauche à droite le ministre des Affaires Etrangères, Michel Sidibé de l'ONUSIDA et la ministre de la santé

De gauche à droite le ministre des Affaires Etrangères, Michel Sidibé de l’ONUSIDA et la ministre de la santé

Selon M. Michel Sidibé, Sous Secrétaire Général de l’Organisation des Nations Unies et Directeur Exécutif de l’ONUSIDA, cette occasion permet d’écouter les humanitaires pour recenser les difficultés qu’ils rencontrent dans la conduite de leur mission, les stratégies mises au point pour contourner les obstacles, leurs attentes par rapport à la communauté internationale et au gouvernement centrafricain.

Les perspectives d’avenir

Dans les interventions, les acteurs humanitaires ont relevé les difficultés d’accès à l’espace humanitaire par la persistance de l’insécurité, l’assassinat de sept acteurs humanitaires par les groupes armés, la nécessité de revoir en revoir en hausse l’effectif des troupes françaises et africaines pour une bonne couverture du territoire national, la lenteur de la communauté internationale dans le décaissement des fonds destinés aux activités humanitaires, les hésitations des déplacés internes pour regagner leur domicile etc.

Selon les acteurs humanitaires, avec l’approche de la saison pluvieuse, il est urgent non seulement de revoir l’agenda des humanitaires mais aussi et surtout de mettre au point une stratégie de communication destinée à inciter les déplacés internes à regagner leurs domiciles. Cette opération nécessite la mobilisation des ressources financières et humaines.

S’agissant de l’inexistence de l’Etat, les acteurs humanitaires ont fait un plaidoyer destiné à réveiller la conscience des partenaires au développement sur l’urgence de soutenir financièrement le gouvernement afin de lui permettre de faire face à ses dépenses de souveraineté, de renforcer l’autorité de l’Etat, de restaurer et redynamiser les forces de défense et de sécurité, de préparer les prochaines élections.

Face à cette crise politique et sécuritaire, les responsables des organisations non gouvernementales nationales et internationales ont émis le vœu  qu’une concertation inter centrafricaine soit organisée en vue de dissiper les frustrations, de restaurer et de consolider la cohésion nationale.

C’est sur une note d’espoir que les acteurs humanitaires et la délégation onusienne se sont séparés à 8h30min.

                                                                                                                                                        Paul Gové

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s