La CN-CNLS amorce la descente aux enfers

Le Coordonateur de la CN-CNLS, le Pr. Nestor Mamadou NALI  et la représentante du Ministre de la Fonction Publique Mme Odile ZITONGO

Le Coordonateur de la CN-CNLS, le Pr. Nestor Mamadou NALI
et la représentante du Ministre de la Fonction Publique Mme Odile ZITONGO

 

La Coordination Nationale du Comité National de Lutte contre le Sida (CN-CNLS) meurt à petit feu après les évènements qui ont conduit au changement du 24 mars 2013. Selon une indiscrétion, à ce rythme « les activités de la CN-CNLS risquent d’être suspendues ».  

En réalité, depuis le coup de force du 24 mars 2013, cette institution nationale de lutte contre le Sida attachée à la Primature fonctionne au ralenti. Après avoir connu les cas de vols et de prise en otage par certains éléments de la Séléka, la CN-CNLS a du mal à se relever. Cet organe de coordination nationale des activités et de mobilisation des ressources pour la lutte contre le Sida compte aujourd’hui beaucoup plus sur le financement du Fonds Mondial  dans le cadre du Raound 7 (VIH), en perspective. Mais le Fonds Mondial de son côté, a exigé  le changement du bénéficiaire de cette subvention qu’est la CN-CNLS. Sans cela, aucun fonds ne sera alloué à la Centrafrique.

D’après les raisons fournies par le Fonds Mondial, la RCA est contre performante. Autrement dit, la performance de la RCA dans la gestion axée sur les résultats à baissé de 66% en 2010 à 45% de nos jours. La deuxième raison est que la CN-CNLS a abandonné ses rôles premiers de coordination et de mobilisation des ressources autres que celles du Fonds Mondial pour ne se limiter qu’à la gestion des appuis du Fonds Mondial. Des observations qui n’ont pas été appréciées par les bailleurs de fonds et qui les ont poussés à réagir. Ces raisons ont été évoquées par le Dr. Bernard Lala, Président du Conseil National de Coordination du Fonds Mondial de Lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme (CCM/RCA), lors de l’assemblée extraordinaire qu’il a présidée le 06 septembre 2013. Finalement, l’assemblée générale a validé l’exigence du Fonds Mondial à retirer le financement de la CN-CNLS pour l’octroyer à une autre organisation nationale ou internationale qui réunira les critères de sélection.

« Les bailleurs nous mettent mal à l’aise. La RCA est mal positionnée avec très peu de chance pour obtenir un financement. C’est le Fonds Mondial qui nous a poussé à changer le bénéficiaire principal des  financements de la lutte contre le Sida », a indiqué le Dr. Bernard Lala avant de garantir les membres du CCM/RCA que les dispositions seront prises pour ne pas connaitre les ruptures des médicaments et d’autres intrants prioritaires, pendant cette période transitoire. Soulignons  que ce changement de bénéficiaire n’a rien à voir avec l’équipe de la CN-CNLS mais surtout il concerne les financements dont bénéficie la CN-CNLS qui doivent changer de bénéficiaire. En rappel, l’inspection générale du Fonds Mondial avait présenté aux membres du CCM/RCA,  jeudi 12 juillet 2012 les  résultats d’audits des subventions du Fond Mondial en République Centrafricaine lors d’une assemblée générale extraordinaire présidée à l’époque par le ministre de la Santé Publique, de la Population et de la lutte contre le Sida, M. Jean Michel Mandaba.

D’après les recommandations présentées par l’équipe d’audits, la RCA devrait accélérer et renforcer la Prévention de la Transmission Parent-Enfant du VIH (PTPE), le recrutement d’un chef des projets à la CN-CNLS. Sur la gestion financière, il était ressorti que la CN-CNLS doit améliorer les procédures comptables et stopper l’emprunt des fonds entre les subventions. Toutefois, la mission d’audits avait noté une amélioration dans la gestion de la CN-CNLS depuis 2010. Mais le niveau du risque était l’absence de chef des projets et que tout le monde dirigeait des projets à la CN-CNLS. Les résultats  détaillés n’étant pas validés par les instances supérieures du Fond Mondial, les participants n’avaient pas pris connaissance en profondeur de ces rapports. Mais, ces deux missions inquiétaient déjà les acteurs de lutte contre le VIH et le Sida quant au maintien des financements alloués par le Fonds Mondial à la CN-CNLS.

Après la crise qui a durablement secoué la RCA, les activités liées à la lutte contre le VIH et le Sida semblent connaitre la période la plus difficile de son histoire. La RCA fait face aux grands défis pour la lutte contre cette pandémie: la réhabilitation de certaines structures sanitaires et les locaux des organisations nationales qui ont été pillées, la restructuration des services de bases qui ont connu des dysfonctionnements à cause des vols, pillages. Pourtant, la RCA connait un taux de prévalence de 4,5% dans la population générale et que plus de 45.000 Personnes Vivant avec le VIH attendent la prise en charge médicale.

Fridolin Ngoulou

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s