Centrafrique : Bouar mobilisée pour le dépistage volontaire du VIH

Après le lancement de la journée mondiale contre le sida et les activités y relatives le 02 décembre 2012 à Bouar, cette ville a connu de nouveau une série d’activités liée à la mobilisation des communautés pour le dépistage volontaire du 28 janvier au 02 février 2013.Image3

Les activités s’inscrivent dans la vision « zéro nouvelle infection, zéro décès, et zéro stigmatisation/discrimination liée au VIH et au sida », l’objectif que se fixent les nations unies d’ici à 2015. Jeunes comme vieillards, religieux,  travailleurs et commerçants, voilà une population confondue qui s’est mobilisée durant la campagne de dépistage volontaire à Bouar. Plusieurs activités ont marqué cette campagne : la mobilisation des femmes, des filles libres, des conducteurs des taxi motos, des femmes musulmanes et autres religieux de la ville de Bouar et des villages environnants pendant les journées de réflexions et d’échanges,  autour du dépistage que ces habitants considèrent dorénavant comme une porte d’entrée à la lutte efficace contre la pandémie du VIH et du sida . Plusieurs thématiques ont été développées selon le besoin des groupes cibles avant les opérations du dépistage. Ceci pour stimuler les leaders de chaque groupe cible à sensibiliser leurs pairs afin de participer massivement au dépistage. Ces activités ont révélé une forte demande du dépistage par la population. La demande de la population  pour le dépistage volontaire a été supérieure au temps conservé  pour cette activité de la journée mondiale contre le sida 2012. Selon certains leaders de la place, la stratégie adoptée, celle qui consiste à mobilier la population autour du dépistage semble être la meilleure. Pour les habitants de Bouar et ses environs, le plus grand souhait est d’arriver au dépistage mobile et permanent car, les habitants de la cette  ville sont beaucoup plus préoccupés par les activités économiques et les chantiers routiers. De même, la distance qui sépare le CDV et les autres sites du dépistage ne favorise pas un engouement de la population à se faire dépister. D’où la nécessité de développer le dépistage de proximité. Au moment où Les jeunes plaident pour plus de dépistage mobile, les femmes estiment que la stigmatisation est un obstacle majeur pour le dépistage volontaire. Pour les religieux, le dépistage volontaire du VIH doit être organisé dans les églises et mosquées et celles-ci doivent désormais devenir les centres de référence pour les opérations du dépistage. Car, les églises et les mosquées sont appelées à enseigner un comportement responsable à leurs fidèles. La Préfecture de la Nana Mambéré est l’une de préfectures la plus touchée par la pandémie du VIH et du sida. D’après l’enquête MICS  4 de 2010, elle présente un taux de prévalence de 7,7%. Malgré les activités de la population, chaque groupe cible est déterminée à réduire cette prévalence d’ici à la prochaine enquête. Cette motivation se justifie par la mobilisation de différentes entités de la ville de Bouar et ses environs.

Fridolin Ngoulou

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s