L’ONUSIDA-pays s’engage à appuyer la révision de la loi portant droits et obligations des PVVIH

La Coordinatrice de l’ONUSIDA-Pays, le Dr. Christine Mboniyngingo a déclaré que l’ONUSIDA est engagée à appuyer financièrement le processus de révision de la loi portant droits et obligations des Personnes Vivant avec le VIH (PVVIH). C’est ce qui ressort d’une rencontre qui s’est tenue samedi 07 décembre 2012 de 10h à 12h dans la salle de conférence de la Base 2 de PNUD avec les acteurs de lutte contre le VIH et le Sida et les organisations de la défense de droit de l’homme.

Dr. Cristine Mbonyingingo, Coordonnatrice pays de l'ONUSIDA

Dr. Cristine Mbonyingingo, Coordonnatrice pays de l’ONUSIDA

D’après les constats faits par le Magistrat Arsène SENDE, Président du RCED et soutenus par M. Mamadi Diakité, l’Expert Conseiller en matière des Droits de l’Homme venu du Bureau Régional ONUSIDA de Dakar au Sénégal, « la Loi portant droits et obligations des PVVIH est une mauvaise loi », comportant plusieurs carences. Elle ne cadre pas avec l’esprit et la lettres des normes internationales relatives aux droits et devoirs des PVVIH.

Le Coordonnateur du RECAPEV Gilbert GREMALE a relevé aussi la faiblesse de cette loi   par rapport à l’évolution de la science. Cette loi oblige les personnes infectées « à porter systématiquement les préservatifs pendant les rapports sexuels ». Ce qui remet en cause le Programme de Transmission Parents-Enfants qui encourage les PVVIH à exercer leur droit de procréation à travers des dispositifs mis en place, sans que l’enfant soit infecté.

D’où la nécessité d’une réflexion soutenue sur la nouvelle loi répondant aux instructions juridiques internationales. Cependant, il faut noter que la loi de 2006 était la bienvenue pour combler le vide juridique dans le cas du VIH et du Sida et d’inciter à une réflexion pouvant tenir compte de l’évolution de la lutte contre cette pandémie.

Fridolin Ngoulou

Publicités

Une réponse à “L’ONUSIDA-pays s’engage à appuyer la révision de la loi portant droits et obligations des PVVIH

  1. C’est une très bonne initiative! Le souhait serait que toutes les attentes soient prises en compte. C’est une occasion pour moi de signaler l’existence d’un autre virus qui fait déjà des victimes désespérées! Il s’agit du SGEP (sydrome génécologique d’égaculation permanente), il paraîtrait que c’est maladie rare particulière aux femmes et pour laquelle il n’existe pas encore de remède; une qui en souffrait depuis des années a fini par se suicider en se confiant à la presse (information lue sur internet). Je crois que l’ONUSIDA doit en être informée; la femme a droit aux soins et à être guérie de ses maux!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s